Prévoyance vieillesse

La prévoyance vieillesse est l’un des acquis sociaux les plus importants de la Suisse. En tant qu’assurance-retraite obligatoire, l’assurance-vieillesse et survivants (AVS) est au cœur du système de prévoyance. Avec les prestations complémentaires (PC), elle garantit le minimum vital.

La prévoyance vieillesse est structurée selon le principe des 3 piliers. Le 1er pilier – étatique – est constitué de l’AVS et des PC à cette dernière. S’y ajoute la prévoyance professionnelle obligatoire, le 2e pilier, qui est destinée à couvrir le coût habituel de la vie. Enfin, notre système de retraite est complété par un 3e pilier, la prévoyance privée volontaire.

La CDAS plaide pour le maintien du principe des 3 piliers, l’AVS y jouant un rôle central. Le vieillissement de la population rend inévitable l’adaptation du système de prévoyance vieillesse. L’évolution démographique conduit à une situation financière tendue au niveau de cette dernière. Pour les réformes actuelles et futures, la CDAS défend les principes suivants :

  • l’AVS doit être durablement viable en matière de financement ;
  • le bon fonctionnement du système doit être préservé ;
  • la date du départ à la retraite doit pouvoir être choisie selon des modalités souples ;
  • les personnes retraitées ne doivent pas subir une réduction dramatique de leurs prestations ;
  • il ne doit y avoir aucun transfert de charge (via les PC ou l’aide sociale) vers les cantons.

Depuis la Réforme de la péréquation financière et de la répartition des tâches entre la Confédération et les cantons (RPT) en 2008, les cantons sont chargés de fournir l’aide et les soins nécessaires aux personnes âgées vivant à domicile (art. 112c, al. 1, Cst.). La CDAS s’engage pour que des mesures ciblées de l’aide aux personnes âgées permettent à ces dernières une vie active et autodéterminée à domicile aussi longtemps que possible ou de déménager dans des institutions de logement accompagné ou encadré. Le séjour en institution (foyer) peut ainsi être retardé ou évité dans de nombreux cas. En complément de l’engagement des cantons au niveau individuel, la Confédération apporte une aide financière aux institutions privées à but non lucratif qui viennent en aide aux personnes âgées, pour autant qu’elles déploient leur activité dans toute la Suisse (art. 112c, al. 2, Cst. ; art. 101bis LAVS).