L'assurance-invalidité

Les prestations de l’AI assurent la sécurité financière des personnes handicapées. Une innovation majeure est la contribution d’assistance, qui permet aux personnes concernées de vivre chez elles plutôt que dans un home.

Si une personne perd tout ou partie de sa capacité à exercer une activité lucrative en raison d’un handicap, les indemnités journalières et les rentes de l’assurance-invalidité (AI) compensent cette perte de revenu. Cela permet aux bénéficiaires de conserver leur autonomie financière. Diverses révisions de l’AI ont par ailleurs mis davantage l’accent sur l’intégration – et donc sur la promotion de l’autodétermination (selon la logique : « mieux vaut intégrer plutôt qu’assister »).

Si le niveau des rentes ou des indemnités journalières est insuffisant pour couvrir le minimum vital et garantir un niveau de vie adéquat, les prestations complémentaires couvrent la différence. En outre, l’allocation pour impotent et les aides de l’AI contribuent à préserver l’autodétermination des personnes concernées. Les prestations de conseil et de suivi fournies par l’aide privée aux invalides et soutenues par la Confédération dans le cadre de l’art. 74 LAI sont également utiles à cet égard.

Afin de promouvoir l’autodétermination, la Confédération a introduit la contribution d’assistance de l’AI en 2012. Il s’agit d’une innovation majeure. Elle est versée aux bénéficiaires de l’allocation pour impotent vivant à domicile. La contribution d’assistance permet à la personne assurée de financer les prestations fournies par un auxiliaire. La contribution d’assistance permet aux personnes handicapées de vivre à domicile plutôt que dans un home.